Le mode d'emploi de votre piscineLe mode d'emploi de votre piscine

Consommation énergétique d'une piscine

Piscine et développement durable : Suivez le guide !

 

L’heure est aux économies d’énergie ! L’écologie fait son chemin et nous nous interrogeons de plus en plus sur l’impact écologique de notre mode de vie. La consommation énergétique est devenue un véritable argument de vente (appareils électroménager, véhicules, logements,…). Il est donc normal de se demander quel est l’impact énergétique de sa piscine (ou de sa future piscine).

 

Quelles sont les actions à mener pour limiter la consommation énergétique de sa piscine ? Comment éviter les pertes d’énergie ? Comment de ne pas gâcher d’eau? Que faut-il savoir quand on construit sa piscine ? Comment choisir ses équipements piscine pour réaliser des économies ? Comment ne pas faire de surconsommation de produits piscine ? Comment réduire les impacts environnementaux?

 

Il existe 3 types de consommation dans une piscine :

  • Les énergies consommées : l’électricité (pompe piscine, chauffage, appareils de traitement automatique,…)
  • Les ressources consommées : l’eau (rejet d’eau des contre lavage du filtre, évaporation,…)
  • Les produits consommées (chlore, pH moins, algicide,…)

 

 

Construction piscine et économies d’énergie

 

Si votre piscine n’est pas encore construite, posez-vous les bonnes questions !

 

Impact du volume d’eau de la piscine sur la consommation en énergie

 

Interrogez-vous sur la taille, la surface et donc le volume d’eau de votre future piscine. La question à vous poser est : Quel est mon réel besoin en termes de dimensions?

 

Du volume d’eau de la piscine vont dépendre le coût de la construction ET les coûts d’exploitation :

  • Puissance de la pompe (et évidemment, plus la pompe est puissante, plus elle consomme en électricité)
  • Consommation en produits de traitement
  • Consommation de l’appareil de traitement automatique s’il y a (électrolyseur, régulateur pH, Redox, Bio-UV,…)
  • Consommation du chauffage s’il y a

 

Dans le calcul du volume d’eau, intégrez bien l’importance de la largeur de la piscine car celle-ci a un effet déterminant :

Exemple : Une piscine de 10 x 4 m a environ un volume de 55 m3. Une piscine de 10 x 5 m : 75 m3, soit 20 m3 de plus !

 

Donc si vous voulez utiliser votre piscine essentiellement pour la nage, sachez qu’1 nageur a besoin de 2 mètres de largeur (4 mètres pour 2 nageurs qui se croisent).

 

Comment calculer le volume d’eau de votre piscine ?

 

 

Impact de la forme de la piscine sur la consommation en énergie

 

La forme de la piscine peut avoir une influence sur la consommation d’énergie. Une piscine de forme simple (rectangle, ovale) permettra à l’eau de mieux circuler dans le bassin : pas besoin donc d’augmenter les équipements et les performances du système de filtration.

 

 

Impact du circuit hydraulique sur la consommation en énergie

 

Lors de la construction de la piscine, il convient de limiter au maximum les pertes de charge du circuit hydraulique. En effet, celles-ci viennent freiner la circulation de l’eau.

 

Il est possible de faire un gain de 40% de consommation d’énergie grâce à un circuit hydraulique optimisé !

 

Pour cela, quelques conseils :

  • Réduire la longueur des tuyaux
  • Augmenter le diamètre des canalisations (N’hésitez pas à surdimensionner vos tuyaux, ça ne coûte pas beaucoup plus cher)
  • Préférer les coudes à 45° plutôt qu’à 90°
  • Préférer des coudes de plus grands rayons dans le local technique (NB : Un coude grand rayon, c’est 7 fois moins de perte de charge qu’un coude petit rayon !)
  • Préférez les tuyaux rigides aux tuyaux semi-rigides (NB : Au delà du fait qu’un tuyau rigide est plus résistant qu’un tuyau souple, il y a également beaucoup moins de frottement, et donc moins de pertes de charge, à l’intérieur d’un tuyau rigide)
  • Attention à la position du filtre et de la pompe par rapport au niveau d’eau (une pompe trop basse va créer beaucoup de pression)

 

 

Impact de l’emplacement de la piscine sur la consommation en énergie

 

Petit rappel de base (même si je sais que vous le savez déjà !) : le soleil de se lève à l’est et se couche à l’ouest. Donc logiquement, une piscine bien exposée aura une eau chaude et agréable… gratuitement. Et au prix du kW d’électricité, on comprend que l’implantation de la piscine est primordiale.

 

Il est également recommandé de protéger sa piscine des vents dominants. En effet, une eau sera refroidie par l’évaporation causée par les vents. Cela est d’autant plus vrai que c’est la surface de l’eau qui récupère les précieuses calories du soleil.

 

NB : 94% de la perte de température se produit à la surface du bassin :

  • 60% par évaporation (échange thermique)
  • 17% par convection (mouvement de l’eau)
  • 17% par rayonnement

 

 

Impact de l’environnement de la piscine sur la consommation en énergie

 

Attention aux végétaux qui environnent votre piscine. En se développant, certains arbres anodins au départ, peuvent vous réserver des surprises lorsqu’ils se développent. En effet, rien de tel pour avoir au bout de quelques années une piscine à l’ombre une trop grande partie de la journée. Adieu alors les degrés gratuits procurés par un soleil chauffant l’eau au maximum.

 

Attention également à certains végétaux particulièrement polluants : petites aiguilles de pins, bourres de peupliers, etc… qui viennent colmater pompes et filtre, vous contraignant à des lavages plus fréquents, augmentant ainsi vos consommations d’eau et plus marginalement, d’électricité !

 

Netskim chaussettes pour skimmer piscine

NETSKIM : préfiltre jetable à mettre dans le panier du skimmer (très utile pour faire des économies, surtout quand on a des végétaux à proximité)

 

 

 

Quels sont les appareils et équipements piscine consommateurs d’énergie ?

 

 

Consommation électrique de la pompe Piscine

 

La pompe piscine représente 90% de la consommation d’électricité d’une piscine non chauffée.

 

Pour une consommation d’énergie optimale, la pompe piscine doit être adaptée au volume d’eau de la piscine.

 

Quand vous choisissez votre pompe, choisissez bien en fonction du débit et pas de la puissance ! En effet, pour une même puissance, vous pouvez avoir des débits très différents selon les modèles.

 

NB : On peut dire que le débit, c’est ce qui sert ; et que la puissance, c’est que l’on paye.

 

Le débit est exprimé en m3/h et la puissance en CV, sachant qu’1 CV = 0.739 kW

 

Voici un tableau qui indique les différentes puissances de pompe qui existent, et les débits qui y correspondent. Vous constaterez qu’il existe bien des différences de performance entre des pompes piscine qui affichent des puissances identiques.

 

Puissance (en CV)

Puissance (en kW)

Débit (en m3/h)

1/2

0.37

7 à 9

3/4

0.55

9 à 15

1

0.75

12 à 21

1,5

1.1

14 à 27

2

1.5

19 à 31

 

 

Voir l’article : Quel débit de filtration choisir ?

 

 

Pompe à vitesse variable :

 

Afin de baisser considérablement la consommation électrique de la pompe piscine, il existe maintenant les pompes à vitesse variable.

 

La pompe piscine à vitesse variable est conçue pour fonctionner à la vitesse la plus adaptée à l’usage qui est fait de la piscine. On règle donc la puissance de la pompe en fonction de ses besoins.

 

 

 

Attention aux fausses bonnes idées pour réduire votre consommation d’énergie !

 

  • Jouer sur le temps de filtration pour économiser en électricité

 

On se dit tout naturellement que pour baisser sa consommation d’énergie, on va diminuer le temps de filtration.

 

Il faut savoir que le temps de filtration dépend de plusieurs facteurs : la température de l’eau (essentiellement !), la fréquentation de la piscine, la pollution de l’environnement, la nature du traitement de la piscine, etc.

 

Comment savoir combien de temps filtrer par jour ?

 

Réduire le temps de filtration par rapport au temps de filtration idéal, c’est s’exposer à devoir rattraper tôt ou tard une eau verte… Et c’est donc augmenter la consommation de produit ainsi que le temps de filtration. Donc une idée qui peut s’avérer très peu économique !

 

  • Filtrer la nuit pour économiser en électricité

 

On se dit également tout naturellement que vous baisser sa consommation d’énergie, on va filtrer la nuit car le prix du kW d’électricité est moins cher… Mais il est largement recommandé de filtrer la journée car c’est à la lumière du jour que se produit la photosynthèse (développement des algues…). Cela est d’autant plus vrai pendant l’été car la photosynthèse augmente avec l’ensoleillement et la chaleur.

 

De plus, si vous voulez conserver les degrés accumulés durant la journée, il est préférable de laisser votre eau tranquille durant la nuit (une eau en mouvement se refroidit plus vite).

 

 

 Attention à l’encrassement du filtre piscine

 

Le choix du filtre piscine est également essentiel.

 

Un filtre sous dimensionné est à proscrire ! En effet, un filtre sous-dimensionné est lavé trop fréquemment… Et les opérations de lavage sont gourmandes en eau. Ce n’est donc absolument pas économique.

 

Il vaut mieux surdimensionner votre filtre : choisissez un diamètre de cuve plus important. Vous augmenterez votre finesse de filtration.

 

Par exemple, en passant d’un filtre de diamètre 610mm à un filtre de diamètre 760mm :

  • Il y a un gain de la surface filtrante de 55%
  • Il y a une baisse de la vitesse de filtration de 37% (C’est logique : plus l’eau passe lentement dans le filtre, mieux elle est nettoyée)

 

Ensuite, autre point capital : Nettoyez régulièrement votre filtre ! Faites des contre-lavages de votre filtre à sable.

Un filtre encrassé va entraîner d’importantes pertes de charge. La pression dans le circuit va monter, la pompe va donc augmenter sa vitesse de rotation. En augmentant sa vitesse de rotation, on modifie le point de fonctionnement de la pompe et on dégrade les rendements électriques et hydrauliques. La turbine n’avale plus d’eau, il n’y a plus de frottements…. et la pompe consomme trop d’électricité.

 

Après un contrelavage, on retrouve un débit de pompe nominal. Ensuite, au fur et à mesure de l’encrassement du filtre, le débit de la pompe baisse (et ce n’est plus du tout le débit voulu !) et la puissance absorbée baisse (car la vitesse de rotation de la pompe augmente). C’est J+4 après le contrelavage que ces valeurs baissent. C’est pourquoi il est recommandé de faire des contrelavages au moins 1 fois par semaine (le mieux étant tous les 4 jours). Vous ferez donc des lavages réguliers et courts du filtre : 10 secondes de contrelavage suffiront + 5 secondes de rinçage.

 

Ainsi, votre piscine sera plus propre, consommera moins d’électricité et … n’aura pas d’odeur de chlore ! En effet, les chloramines, responsables des mauvaises odeurs de chlore, se réfugient dans le filtre.

 

 

Consommation électrique de l’éclairage de la piscine

 

Traditionnellement, les projecteurs piscine sont équipés de lampes à incandescence 300W. Aujourd’hui, les LEDs prennent largement le relai. C’est sans doute le geste le plus simple pour réduire ses coûts en énergie.

 

L’avantage n°1 de l’ampoule à Led est sa durée de vie : plus de 100.000 heures contre 20.000 heures pour une ampoule traditionnelle ! Aussi, son rendement lumineux est 3 à 4 fois supérieur à celui d’un projecteur standard. Cela signifie qu’à éclairement équivalent, la puissance consommée est divisée par 3 ou 4 !

 

Exemple pour une piscine équipée de 2 projecteurs de 300W, éclairée 3 heures par jour durant 3 mois : L’économie annuelle est de 24 kW !

 

Et en plus d’être économique, les LEDs peuvent rendre votre bassin très beau visuellement. Les ampoules à Led permettent couleurs et jeux de lumière.

 

Lampe LED Weltico Rainbow Power

 

 

La couverture de la piscine pour réduire la consommation d’énergie

 

Nous l’avons vu, la perte d’eau par évaporation est l’un des principaux responsables du gaspillage d’eau et d’énergie dans une piscine. 94% de la perte de chaleur d’une piscine se fait par la surface de l’eau, d’où l’intérêt bien compris d’une couverture piscine.

 

Petit point sur l’évaporation :

Exemple : Piscine qui a une température d’eau de 25°C + Un vent de 2 m/sec + une humidité relative de 50%

  • Si la température de l’air est de 32°C : La piscine perd 3,8mm d’eau par jour.
  • Si la température de l’air est de 16°C : La piscine perd 10mm d’eau par jour ! (et ce n’est pas une fuite !)

C’est pourquoi, c’est la nuit que se produit le plus le phénomène d’évaporation.

 

Évidemment, si vous avez un système de chauffage, il est d’autant plus recommandé de couvrir votre piscine. L’objectif étant de garder les précieux degrés pour avoir à chauffer le moins possible ! Car, comme on dit : chauffer une piscine sans couverture, c’est comme utiliser un frigo sans porte !

 

De plus, en préservant le bassin des pollutions diverses, la mise en place d’une couverture réduit la consommation de produits et les besoins en temps de filtration.

 

Les couvertures à barres et volets automatiques assurent un double rôle :

  • Sécurité enfant : ils sont conformes à la norme NF90-308
  • Conservation de la température

 

La couverture à bulles est très couramment utilisée car elle est pratique et beaucoup moins onéreuse. Elle permet de conserver les degrés de la piscine pendant la nuit. Il faut l’enlever ensuite la journée.

 

 

La consommation électrique du chauffage piscine

 

Le chauffage piscine est un élément de confort de baignade. Avant il était un luxe ; aujourd’hui, ¼ des nouvelles piscines construites intègrent un système de chauffage.

 

Bien sûr, la température de l’eau souhaitée va fortement conditionner la consommation en énergie. Chaque degré supplémentaire coute entre 5 et 10% de consommation en plus.

 

Entre 20 et 22°C, la piscine est dite « tonique » et entre 25 et 27°C, la piscine est dite « confort ».

 

Parmi les systèmes de chauffage, la pompe à chaleur connait un grand développement car malgré un investissement de départ non négligeable, elle offre un rendement exceptionnel : pour 1kW consommé par son compresseur, elle en restitue 4, voire 5, à la piscine !

 

Autrement, il existe le chauffage solaire qui présente l’avantage d’être entièrement gratuit  et bien sûr de ne pas consommer d’énergie. Par contre, il est « sans engagement » car il dépend…du soleil !

 

 

 

Réduire sa consommation de produits de traitement piscine

 

On dit qu’une bonne filtration est responsable à 80% de la qualité d’une eau de piscine. Donc avant de penser aux produits chimiques que l’on va mettre dans sa piscine, il est très important d’avoir un bon système de filtration et un filtre dimensionné en fonction de la taille de son bassin et bien sûr de sa pompe. Sans cela, vous n’aurez jamais une consommation optimale des produits piscine. Et vous dépenserez toujours plus.

 

Une bonne filtration passe également par le bon moment de filtration (pas la nuit !) et par la bonne durée de filtration.

 

Ensuite, pour réduire la consommation de produits, il y a un secret… : Le respect du pH ! La valeur du pH n’est pas juste importante en elle-même, elle a un effet sur les autres produits que vous mettez dans la piscine.

 

Par exemple :

  • Chlore/pH : Le chlore est actif à 60% (environ) avec un pH à 7,2-7,4. Le chlore est actif à environ 15-20% avec un pH à 8 !
  • Algicide/pH : Les algues adorent les eaux à pH élevé (7,6 et au-dessus) et prolifèrent alors très rapidement.
  • Floculant/pH : Les floculants sont beaucoup moins efficaces quand le pH monte.

 

Un contrôle du pH est donc primordial et vous fera faire de sacrées économies sur le long terme.

 

Attention également aux stabilisants du chlore. Un taux trop haut de stabilisant va réduire l’efficacité du chlore.

 

Utilisez un floculant si vous avez un filtre à sable, cela améliorera substantiellement son rendement.

 

Pour ne pas gâcher l’eau que vous utilisez lors des contrelavages de filtre, vous pouvez utiliser un déchlorinateur. Celui-ci injecte une produit neutralisant dans les eaux de rejet dès que l’on nettoie le filtre piscine. Un robinet permet de régler le débit de neutralisant en fonction de la pompe utilisée. Cette eau pourra ensuite vous servir à arroser votre potager !

 

Et dernier conseil : Faites attention aux produits que vous achetez… Et faites surtout attention aux produits très peu chers….Cela cache toujours quelque chose. Pour juger de la qualité d’un galet de chlore par exemple, vous pouvez faire 2 tests :

  • Regardez en combien de temps le galet fond dans votre skimmer. Un galet de mauvaise qualité fond plus rapidement qu’un galet de qualité. Il est certes moins cher, mais il dure beaucoup moins longtemps.
  • Sentez le galet. Plus un galet « sent » le chlore, moins il est de qualité. (NB : La chaleur fait ressortir les odeurs du chlore car il « dégaze ». Attention donc au stockage.)

Tout est dans la recette de fabrication et dans le pastillage du chlore en usine. Vérifiez donc bien la provenance de vos produits car le savoir-faire n’est pas l’affaire de tous.

 

Consultez : Produits piscine de qualité : Label Bleu & Mareva

 

VOIR AUSSI ____________________________________________________

pas malplutôt bieninteressantsuper! (19 votes, average: 3,05 out of 4)
Loading...